http://sentinelleveille.com

http://sentinelleveille.com

A l’aube d’une ère oligarchique : Le libéral fascisme

"Répétez un mensonge assez fort et assez longtemps et les gens le croiront" Joseph Goebbels, ministre de la propagande du Reich

 

Commençons par définir le mot oligarchie (prononcer [ɔligarʃi]) - du grec oligos (peu nombreux) et arkhê (commandement) - est une forme de gouvernement dirigé par un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante. L’oligarchie peut être faite des meilleurs (« aristocratie » au sens étymologique), des plus riches (ploutocratie), des technocrates (technocratie), des Anciens (gérontocratie), de ceux qui bénéficient de la force ou de tout autre pouvoir de fait.

Puis le terme fascisme qui vient du mot « fascio » (« faisceau ») désignant le rassemblement des fusils au repos ou l'attribut dulicteur dans la Rome antique1Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s'est étendu à tout mouvement politique s'appuyant sur un pouvoir fort, les métiers organisés en corporations, l'exaltation du sentiment nationaliste. Le nazisme s'est en partie inspiré du fascisme.
 
Voici la définition de la combinaison du néo-libéralisme et du fascisme qui va donner naissance au libéral-fascisme qui est un mode de gouvernement défini par le libéralisme le plus sauvage associé à des mesures autoritaires fascisantes.
 
Il est caractérisé par :

-Le contrôle par quelques grands patrons de la totalité ou quasi-totalité de l'économie et des services publics du pays avec peu ou pas de contrôle de l'état.
-Des lois leur accordant la plus grande liberté vis-à-vis des travailleurs, favorisant la précarité de l'emploi et les bas salaires et permettant à ces grands patrons d'asseoir leur pouvoir sur les salariés et de les rendre taillables et corvéables à merci
-Des mesures anti-démocratiques fascisantes visant à surveiller les citoyens et allant à l'encontre de la liberté.

Le libéral-fascisme est une idéologie qui a surgi après la chute du Mur de Berlin et qui voue à l’Argent un culte sans limite. Dans cette idéologie on a mis en place l’impunité des « élites » dirigeantes, et simultanément, le contrôle et la répression des citoyens ordinaires à travers le principe de la « tolérance zéro ».

 

Les conditions économiques sont de plus en plus difficiles, la paupérisation des peuples devient même endémique, les situations de très grande précarité explose comme l'impossibilité de se soigner pour de plus en plus de personnes à travers un systeme de médecine à plusieurs vitesses.

 

 

 

 Quant à ceux qui travaillent, les salaires sont misérables, insuffisant pour subvenir à leurs besoins de base comme le paiement d’un loyer, de vêtements et de produits de premières nécessités.

 

 

 

Afin d’empêcher les manifestations, l’union a inventé la notion très floue qu’est celle de fauteurs de trouble car leur libéralisme nécessite le renforcement de la répression et la mise en place d’un état policier. C’est dans ce cadre que l’on a vu naitre pléthore de fichier et très tôt l’union avait eu pour objectif de criminaliser les manifestants. Lire le rapport The “enemy within” : EU plans the surveillance of protestors and the criminalisation of protests que l'on peut traduire par l'ennemi intéreur : l'ue planifie la surveillance et criminalisation des manifestants.

 

 

 

 

 

 

Il existe une base à toute idéologie totalitaireelle consiste à criminaliser les populations à les assimiler à une infime proportion de criminel afin de pouvoir justifier les lois liberticides et la création de doctrines permettant de faire croire que les gens sont tous de potentiels malfaiteurs.

 

 

 

L’ultra répressif dans notre monde s’exprime d’abord par la mise en place du dogme TINA introduit par Margaret Thatcher la formule Tina (« There is no alternative ») par laquelle elle a importé en Angleterre la doctrine néolibérale de l’économiste Friedrich Hayek. 

 

 

 

La seule façon de brider les individus est de créer des pénuries et des crises de toutes sortes, en un mot faire un problème pour proposer des solutions. Cette croyance dans le pas d’alternative pas d’autres possibilités et des solutions imposées de façon insidieuse par ses oligarques et leurs institutions type troika, qui affirment une vision du monde que l’on peut apparenter à celle de 1984, et comme dans ce roman d’anticipation on use de la novlangue à profusion.

 

 

 

Dans tous régimes de ce type, on arrive à vous faire croire que vous gaspillez pour la santé, que c’est de votre faute alors que les peuples payent plein pot pour une sécurité sociale qui ne rembourse ni vos lunettes ni vos soins dentaires mais par contre vous rembourse tous ce qui permet de faire de vous un zombie quand leurs médocs ne vous tuent pas à petit feu.

 

 

 

En un mot ceux qui soigne est considéré comme de l’esclavagisme et ceux qui tue est de la liberté. Et l’exemple du domaine de la santé est un parmi d’autres du nivelement par le bas qui s’opère partout dans l’éducation, on voit de plus en plus de gamins sortir sans savoir ni lire ni écrire, et la télé réalité remplace l’enseignement de la philosophie, l’apprentissage à penser et créer le monde pour aboutir à « L'ignorance, c'est la force"

 

 

 

C’est l’essence même des dictatures fascistes, l'inversion de la réalité.

Fort bien illustré par le slogan nazi inscrit à l'entrée de tous les camps de concentration : "Arbeit macht frei", "le travail rend libre"

 

 

 

Dans "1984", le "ministère de la paix" (Minipax en novlangue) s'occupe en fait de la guerre. Le "ministère de la vérité" (Miniver) est le ministère de la propagande et du mensonge. Le "ministère de l'amour" (Miniamour) s'occupe de la torture. Et le "ministère de l'abondance" (Miniplein) organise la famine.

 


La "novlangue" simplifie le vocabulaire à l’extrême ce qui engendre un appauvrissement de la pensée des gens, les mots sont très peu évocateur, et ça ne suscite rien, aucune image, aucune pensée, aucune idée, c’est fait pour se poser un minimum de questions, mais c’est surtout fait pour ne pas remettre l’autorité en question et le dogma TINA. Or pour obtenir l’adhésion à l’idée qu’il n’existe rien d’autre que ce nouvel fascisme, on use de toutes les armes à disposition dont la destruction de la santé via la pollution, une nourriture dépourvu de nutriments comme les minéraux, les vitamines, ce sont des calories vide d’où obésité, lenteur dans les mouvements du corps affectant l’esprit, interdiction de se soigner par les plantes, ainsi de suite…

 

 

 

Je vais terminer par un extrait du livre de 1984 qu’il faut lire car il résume parfaitement l’idéologie actuelle que nos ploutocrates sont entrai de mettre en place.
Le ministère de la Vérité, qui s'occupait des divertissements, de l'information, de l'éducation et des beaux-arts. Le ministère de la Paix, qui s'occupait de la guerre. Le ministère de l'amour qui veillait au respect de la loi et de l'ordre. Le ministère de l'Abondance, qui était responsable des affaires économiques. Leurs noms, en nov-langue, étaient : Miniver, Minipax, Miniamour, Miniplein.

"Winston fit brusquement demi-tour. Il avait fixé sur ses traits l'expression de tranquille optimisme qu'il était prudent de montrer quand on était en face du télécran."
 
 "Nous ne cherchons pas le pouvoir en vue de nos propres fins, mais pour le bien de la majorité tel que nous le définissons. Les hommes, ces créatures frêles et lâches, ne peuvent endurer la liberté ni faire face à la vérité. Ils doivent être dirigés par ceux qui sont plus forts qu'eux. L'espèce humaine a le choix entre la liberté et le bonheur, or le bonheur vaut mieux. Le bien des autres ne nous intéresse pas, nous ne recherchons que le pouvoir, le pur pouvoir.
 
Les nazis et les communistes se rapprochent beaucoup de nous par leurs méthodes, mais ils n'eurent jamais le courage de reconnaître leurs propres motifs. Ils prétendaient s'être emparés du pouvoir pour une période limitée ; passé le point critique, il y aurait un paradis où les hommes seraient libres et égaux. Nous ne sommes pas ainsi, nous savons que jamais personne ne s'empare du pouvoir avec l'intention d'y renoncer. On n'établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature. La persécution a pour objet la persécution. La torture a pour objet la torture.Le pouvoir a pour objet le pouvoir.

L'esclavage c'est la liberté. Seul, libre, l'être humain est toujours vaincu. Mais s'il renonce à son identité, s'il se soumet entièrement et totalement, il se fond dans le pouvoir collectif, il est alors tout-puissant et immortel."

"Ce pouvoir est aussi le pouvoir sur d'autres êtres humains, sur les corps mais surtout sur les esprits. Le pouvoir sur la matière n'est pas important, notre maîtrise de la matière est déjà absolue. Ce qui importe c'est de commander à l'esprit. La réalité est à l'intérieur du crâne... Le réel pouvoir, le pouvoir pour lequel nous devons lutter jour et nuit, est le pouvoir non sur les choses, mais sur les hommes. Comment assure-t-on le pouvoir sur un autre ? En le faisant souffrir. L'obéissance ne suffit pas. Comment, s'il ne souffre pas, peut-on être certain qu'il obéit, non à sa volonté, mais à la nôtre ?

Le pouvoir est d'infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l'esprit humain en morceaux que l'on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l'on a choisies.Commencez-vous à voir quelle sorte de monde nous créons  ? Un monde de crainte, de trahison, de tourment. Un monde d'écraseurs et d'écrasés, un monde qui au fur et à mesure qu'il s'affinera deviendra plus impitoyable. Le progrès dans notre monde sera le progrès vers plus de souffrance. Notre civilisation est fondée sur la haine ; il n'y aura pas d'autres émotions que la crainte, la rage, le triomphe et l'humiliation. Nous détruirons tout le reste.

Nous avons coupé les liens entre l'enfant et les parents, entre l'homme et l'homme, entre l'homme et la femme. Mais plus tard, il n'y aura ni femme ni ami. Les enfants seront à leur naissance enlevés aux mères, comme on enlève leurs oeufs aux poules. La procréation sera une formalité annuelle, comme le renouvellement de la carte d'alimentation. Il n'y aura plus de loyauté que pour le pouvoir. Tous les plaisirs de l'émulation seront détruits remplacés par l'ivresse toujours croissante du pouvoir, qui s'affinera de plus en plus. Il y aura à chaque instant, le frisson de la victoire, la sensation de piétiner un ennemi impuissant... Autant qu'un monde de triomphe ce sera un monde de terreur... Nous commanderons à la vie à tous ses niveaux.

Vous imaginez qu'il y a quelque chose qui s'appelle la nature humaine qui sera outragée par ce que nous faisons et se retournera contre nous. Mais nous créons la nature humaine. L'homme est infiniment malléable.

Tel est le monde que nous préparons. Un monde où les victoires succèderont aux victoires et les triomphes aux triomphes, un monde d'éternelle pression, toujours renouvelée, sur la fibre de la puissance. Vous commencez à réaliser ce que sera ce monde. À la fin vous ferez plus que le comprendre, vous l'accepterez, vous l'accueillerez avec joie, vous en demanderez votre part en idolâtrant vos propres bourreaux."

 

 

 

articles conseillés et film

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

  http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-l-aube-d-une-ere-oligarchique-le-101073

 



07/10/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres