//sentinelleveille.com

//sentinelleveille.com

Sionistes et Néosionistes dans les medias Français

Sioniste et Néosioniste ?

 

La communauté religieuse juive de France, composée parait-il de 600.000 personnes, chiffre inchangé depuis des lustres, dont un nombre significatif de bi-nationaux israélo-français, est aujourd’hui prise en otage au plan politique par
- l’idéologie sioniste : Israël à tout prix et intégrisme communautariste, et
- l’idéologie néosioniste : Avoir raison et dominer en instrumentalisant les juifs et les nazis, la Shoah et Israël,
- Les deux pouvant être ensemble et globalement qualifiées d’idéologie néosioniste, puisque le sionisme d’origine visant la création d’un état israélien n’a plus aucun sens à exister, le but étant atteint.

La plus grande arnaque mondiale de l’idéologie sioniste a été de faire croire via les mass-médias ultra-libéraux, aux ordres des vendeurs d’armes et de pétrole, au concept de « guerre contre le terrorisme » (indispensable à la poursuite de la politique coloniale d’extrême-droite israélienne), une expression qui n’a aucun sens puisque par essence on ne peut combattre le terrorisme que par des actions secrètes de renseignement, ce qui se faisait bien avant le 11 septembre 2001.

L’idéologie néosioniste met en oeuvre des outils sémantiques et des manipulations mentales et politiques qui permettent d’asseoir son pouvoir et d’avoir raison, presque quel que soit le sujet dont on parle. Et pas seulement comme beaucoup le croient au sujet du seul conflit israélo-palestinien, ou de sujets liés à la communauté juive.


Ainsi, on instrumentalise les juifs, la Shoah, et surtout les clichés antisémites, pour développer tous les pouvoirs ultra-libéraux et museler toutes les résistances antilibérales, voire même simplement « gauchistes » ou « sociales ».

Par exemple, toute critique des plus riches ou même de la richesse, deviendra antisémite dans une société corrompue par le néosionisme.

Ou aussi, tout autre communautarisme que le juif deviendra antisémite, directement ou indirectement.

Egalement, toute recherche de vérité historique sur des thèmes susceptibles de relativiser le caratère absolu de la Shoah, devenue un outil néosioniste dans leur idéologie et leurs pratiques, se trouvera entravée. La compétition des mémoires et la hiérarchie des souffrances sont des outils de censure utilisés par les néosionistes, avec l’accusation ultime : le négationnisme.

Autre exemple : Toute recherche de simple application de l’égalité républicaine entre communautés se heurtera à l’intox du « rôle positif de la colonisation ».

Le néosionisme, c’est l’arme absolue pour gagner à tous les coups en faisant de sales coups avec une sale méthode. C’est une insulte au judaïsme, une perversion politico-religieuse, une insulte à tous les juifs qui veulent simplement un respect de leurs croyances, de leurs pratiques, et de leur histoire.

Lobbyistes politiques, ni aléatoires, ni communautaires:

Si la répartition des gens dans les médias était fonction des compétences, elle serait aléatoire et proportionnelle en fonction des religions et communautés.

C’est à dire que sur 100 personnes qui défilent à l’écran par exemple, vous devriez voir grosso modo 1 Juif, 10 Noirs, 10 Arabes, 5 Asiatiques, et 74% qui ne sont ni l’un ni l’autre.

Ou si l’on ne parle que religion, 1 judaïque, 5 musulmans, 5 divers, 40 chrétiens et 50 athées.

Or, la répartition constatée n’est pas du tout celle-là. Il existe une sous-représentation alarmante des Noirs, des Jaunes, des Arabes, mais aussi des Musulmans.

Par contre, sur 100 personnes, vous voyez à l’écran près de 50 Juifs là où vous devriez en voir 1 seul, et vous voyez 50 non-Juifs là où vous devriez normalement en voir 99.

Mais sur 100 personnes qui défilent à l’écran, vous voyez aussi 50 sionistes juifs et 30 néosionistes non-juifs, et 20 personnes « diverses » seulement.

Le communautarisme Juif n’explique pas seul cette surreprésentation. Les autres communautarismes, noir, arabe, ou musulman ou catholique ou protestant, devraient également avoir placé leurs lobbyistes, or ce n’est pas le cas.

C’est bien le lobbying politique néosioniste qui amène une très forte proportion de Juifs à condition qu’ils soient sionistes, mais aussi donc la quasi-inexistence médiatique de Juifs non sionistes. C’est aussi le lobbying politique néosioniste qui impose dans les médias une grande proportion de néosionistes non-Juifs, et le rejet de non-sionistes ou de personnes simplement indifférentes à cette idéologie.

Le lobbyisme néosioniste écrase tout débat ouvert:

Les débats ne sont pas équilibrés. Dans la plupart des débats de société vous trouverez au moins un représentant de la communauté juive, ce n’est pas le cas en général pour les autres communautés minoritaires. Vous y trouverez toujours plusieurs idéologues néosionistes. Souvent même, sur des sujets très sensibles comme Israël ou Bush ou les pays arabes, vous trouverez 100% de débatteurs juifs, qui ne diront pas la plupart du temps leur partialité dans le débat. Imagine-t-on un débat sur les Noirs sans Noir ? Un débat sur les Noirs avec uniquement des Noirs ? Quel équilibre de débat ? Quand un débat comporte un antisioniste, vous trouverez toujours pour l’encadrer une forte majorité et des « calibres » néosionistes.

 

Des émissions se font une spécialité de ce genre de manipulation. Il s’agit de C DANS L’AIR / FRANCE 2 de Yves Calvi, RIPOSTES / FRANCE 5 de Serge Moati, ARRET SUR IMAGES / FRANCE 5 de Daniel Schneidermann, Chez FOG / FRANCE 5 de Franz Olivier-Giesbert, EN APARTE / CANAL + de Pascale Clark, ESPRITS LIBRES / FRANCE 2 de Guillaume Durand, LE DROIT DE SAVOIR / TF1 de Charles Villeneuve, LES ENFANTS DE LA TELE / TF1 de Arthur, T’EMPECHE TOUT LE MONDE DE DORMIR / M6 de Marc-Olivier Fogiel.

Les chaines de télévision les plus idéologues néosionistes sont Direct 8, BFM, i Télévision, LCI, France 2, France 5, M6, sans oublier Arte, qui « entretient la flamme » au moins deux soirs par semaine…

Comment s’est dévoilé le réseau dominant néosioniste juif, puis le non-juif?

Les réseaux néosionistes sont particulièrement visibles dans l’axe du bien américano sioniste dominé par les évangéliques faucons américains, pas juifs puisque chrétiens-protestants, mais plus sionistes même que les israéliens.

En France, contrairement à l’Angleterre par exemple, la mise au jour de ces réseaux, contrairement à d’autres réseaux moins fermés et moins complotistes, est rendue difficile par la chape de culpabilité et de diabolisation liée au crime contre l’humanité perpétré par les nazis sur des juifs et d’autres minorités.

Mais pour qui a suivi régulièrement les programmes de la Télévison Française Juive (TFJ), surtout deuxième formule, qui avait peu à voir avec la communauté juive mais tout à voir avec cette idéologie belliqueuse et coloniale qui l’instrumentalise, il n’y a plus de doutes sur l’importance du réseau néosioniste en France. Cette télé a en effet passé des mois à signaler à ses télespectateurs, supposés être massivement juifs, qui est juif et qui ne l’est pas dans le Paysage Audiovisuel Français.

Tous les jours on pouvait publiquement établir de véritables listes de juifs, souvent se confondant, mais pas toujours, avec des listes de sionistes, et ceci impunément, sans aucune inquiétude sur les conséquences possibles de leur démarche. Car en effet dans presque chaque émission on posait la question aux nouveaux venus « Etes-vous Juif ? »… L’animateur Jacky en avait même fait une véritable spécialité dans son Rabby Jacky Show (version 1 de TFJ).

Cette télé dite « juive » mais furieusement sioniste surtout dans sa deuxième version quasiment israélienne, a disparu brutalement et sans explication. Chacun peut se douter de la raison principale de ce coup d’arrêt. Contrairement à KTO, télévision catholique voisine de la première sur les canaux, TFJ ne s’est jamais contenté de la démarche religieuse, mais a toujours mélangé la politique politicienne avec les croyances et pratiques auxquelles est supposé se limiter le judaïsme dans un pays laïque comme la France. Le Vatican n’est pas non plus Israël.

Du fait de ces confusions graves, il est devenu impossible à un juif non sioniste, ou « pire », antisioniste, d’apparaître à la télévision française, et ceci uniquement pour raison politique et idéologique ! Mais ce n’est pas pour autant que les personnes qui se disent juives ne sont pas présentes dans les médias. C’est même tout le contraire. Les Juifs, mais uniquement ceux qui sont clairement sionistes, sont largement surreprésentés dans les médias : plus de 50% des gens qui y ont accès.

Pour ces personnes, ce n’est plus l’étiquette « Juif », l’étoile jaune diront certains, qui fait office de passeport. Mais bien l’accord, presque corps et âme, avec l’idéologie politique d’égémonie élitiste et de colonisation d’appropriation, dont le coeur bat en Israël.

Ces personnes ne sont en réalité plus juive, au sens religieux du mot. Elles sont sionistes, au sens exclusivement politique.

Ces personnes du lobby sioniste, qui se disent juives (50% du PAF visible), sont rejointes par des personnes qui ne sont pas ou ne se disent pas juives, mais qui partagent le même idéal politique du sionisme (30% du PAF visible), soit par antisémitisme sournois (concentrer tous les juifs en Israël pour s’en « débarasser »), soit par compassion avec les victimes d’une histoire terrible, soit par antisémitisme clientéliste (les juifs seraient puissants et riches donc je me fais promouvoir par eux), soit par simples relations familiales (ma belle-fille est « juive », donc je défend « les juifs »), soit tout simplement parce qu’on calcule l’utilité de flatter un supérieur qui met en avant sa « judaïté ».

Ce lobbying n’a donc aucun intérêt à être scruté du point de vue de la judaïté. Une liste de juifs des médias n’a aucun sens sans une approche politique. Même si elle peut en avoir dans une approche anticommunautariste, comparative avec les communautés musulmanes ou arabes, ou chrétienne, ou franc-maçonne, ou avec la communaté de couleur de peau noire, ou jaune, par exemple.

Par contre une liste des personnes véhiculant une idéologie sioniste, une liste des néosionistes des médias (sionistes juifs et néosionistes non-juifs), permet de mesurer l’impact politique du néosionisme en France.

C’est donc une liste des sionistes des médias qui est proposée ci-dessous. Elle montre que le PAF est largement dominé par cette idéologie pourtant contraire aux fondements de la République et aux droits de l’Homme.

Il est aussi important de signaler la marge de manoeuvre résiduelle de l’antisionisme ou du non-sionisme dans les médias. Ainsi il est signalé également plus bas une liste des gens des médias français qui ont démontré une ouverture idéologique démontrant qu’ils ne sont visiblement pas néosionistes.

//www.sionistes-gohome.com/?p=2623



13/05/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres